dimanche 25 octobre 2015

Sortie du numéro 24 de la Cause du Peuple



Dans ce numéro, encore du concret, du terrain, du quotidien. Un numéro quand même un peu spécial puisque nous avons envoyé des Camarades en Turquie. Pourquoi ? Parce que ce pays est secoué par une contestation sociale et qui a pris les armes. Ce n’est pas complètement nouveau mais le regain récent à la fois du mouvement populaire et de la répression nous a poussé à nous y intéresser de plus prêt. La question kurde est également de première importance car la lutte du peuple du Kurdistan constitue la force indépendante et progressiste la plus importante à la fois contre Daech et contre le gouvernement turc à la solde des autres puissances impérialistes.

Au travers des reportages de nos Camarades, on essaiera de comprendre un peu mieux ce qui s’y passe.

Dans l’Etat français, pas grand chose de neuf…ou plutôt si mais dans la continuité. Les ministres du Parti « socialiste » entendent continuer encore un peu plus la destruction des conquêtes de la classe ouvrière et remplir encore un peu plus les poches des patrons.

Les bourgeois continuent d’essayer de nous faire peur en présentant les réfugiés comme une menace pour notre société, que notre société serait en voie « d’islamisation », qu’il y aurait des cellules dormantes d’Al Qaida et de Daech « partout » ! Nous, ce qui nous effraie, c’est plutôt comment ces politiques jouent avec la peur pour réduire encore plus nos droits et augmenter encore plus notre exploitation. D’autant qu’ils utilisent un épouvantail qu’ils ont eux-mêmes mis en place…

Et dans la veine des « je balance une connerie encore plus grosse que mon mépris envers le peuple », Nadine Morano a fait un grand pas en avant dans le classement et se rapproche ainsi des places du podium détenues par la famille Le Pen, Zemmour & Cie.

Pour ce mois-ci on retiendra donc Morano et son « pays de race blanche ». A quand la couleur de peau des cartes d’identité ? Peut être un certificat de « français de souche » en fonction du teint et en ayant justifié de sa lignée « pure race » sur quelques générations ? Tiens c’est marrant ça rappelle vaguement les année 30-40 en Allemagne.

Bref, comme si la nationalité pouvait bien avoir quelque chose à faire avec la couleur de peau. Sans compter que le concept de race est largement discrédité d’un point de vue scientifique. Rappelons que le concept de race est très récent et date du 18ème siècle mais fut plus largement utilisé par les fascistes et autres nazis dans la première moitié du 20ème siècle.

Bon, pas besoin d’en dire plus pour comprendre qu’il s’agit d’une énième sortie raciste destinée encore une fois à tracer des lignes de démarcation illusoires au sein du peuple. Que ton ou ta collègue à l’usine, au bureau ou sur le chantier mange de la choucroute, mange sans viande, épicé ou sans sel ; aille à l’église, à la mosquée, au temple ou à la synagogue ou qu’il croit aux extra-terrestres ; aime les hommes, les femmes, les trans ; qu’est ce que ça change puisqu’en dernière analyse, nous sommes celles et ceux qui n’avons que notre force de travail à vendre pour gagner notre vie.

Ce qui fait la différence est si on se positionne pour une classe ou pour une autre. Défend-on nos intérêts en tant que classe, pour l’ensemble, ou regarde t’on son nombril, prêts à écraser les autres pour s’en sortir ? La seule ligne de démarcation réelle et existante est entre exploiteurs et exploités, entre dominants et dominés. Le reste, ce sont des contradictions qui doivent se régler au sein du peuple, qui sont secondaires.

Et quand on regarde le monde de ce point de vue, alors on comprend bien que la question n’est pas la nationalité, la culture, la religion, l’ethnie ou la couleur de peau mais la position sociale.

Ça veut aussi dire que nous devons faire tomber le voile qui nous désigne de faux ennemis. Nous devons arrêter de nous faire pourrir la tête par ces conneries qui nous montent les uns et les unes contre les autres. Nous devons comprendre ce qui nous unit afin de mener un combat efficace contre notre vrai et principal ennemi : la bourgeoisie.

Si leur slogan est « diviser pour mieux régner », le notre est « unité dans la diversité ». Et pour Nadine, on lui trouvera bien une place au musée des poubelles de l’Histoire…

Sommaire

Lutte de classe
Chronique BTP : Quelques mots sur les patrons (p.3)
La galère de l’intérim (p.3)

International
Dossier spécial Turquie/Kurdistan (p4)
Rencontre avec ESP au sujet du massacre de Suruç (p.4)
Témoignage de Koray, militant de SGDF blessé à Suruç ! (p.5)
Les 40 jours du massacre de Suruç commémorés à Yoğurtçu (p.6)
Description de Gazi (p.8)
Interview de DHF sur la situation en Turquie (p.9)
 
Résistances
Les flics dans les quartiers populaires (p.13)
Les fachos et le mouvement écolo (p.14)
Manifestation nationale pour Georges Abdallah (p.16)
Vive la boxe populaire ! (p.18)
 
Culture
Le Zéro et l’infini (p.19)
Nous venons en amis (p.20)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire